Ordo Domus Sancti Werzuli

Pagode de l'Ordre de la Maison de Saint Werzul
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 L'Ennemi

Aller en bas 
AuteurMessage
Dagnor
Missionnaire
Missionnaire
avatar

Nombre de messages : 744
Date d'inscription : 01/06/2007

MessageSujet: L'Ennemi   Jeu 14 Juin - 21:17


L'Ennemi


Ma jeunesse ne fut qu'un ténébreux orage,
Traversé çà et là par de brillants soleils;
Le tonnerre et la pluie ont fait un tel ravage,
Qu'il reste en mon jardin bien peu de fruits vermeils.

Voilà que j'ai touché l'automne des idées,
Et qu'il faut employer la pelle et les râteaux
Pour rassembler à neuf les terres inondées,
Où l'eau creuse des trous grands comme des tombeaux.

Et qui sait si les fleurs nouvelles que je rêve
Trouveront dans ce sol lavé comme une grève
Le mystique aliment qui ferait leur vigueur?

- O douleur! ô douleur! Le Temps mange la vie,
Et l'obscur Ennemi qui nous ronge le coeur
Du sang que nous perdons croît et se fortifie!


C. Baudelaire

_________________

Dagnor

Hiérophante de l'Ordre de la Maison de Saint Werzul
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Archange de Vaal
Blasphémateur
avatar

Nombre de messages : 59
Localisation : Sur la Septième Cîme de l'Etoile Ardente
Date d'inscription : 03/08/2007

MessageSujet: Re: L'Ennemi   Dim 5 Aoû - 15:07

ENCORE UN PRINTEMPS

Encore un printemps, -encore une goutte de rosée, qui se bercera un moment dans mon calice amer, et qui s'en échappera comme une larme !

O ma jeunesse, tes joies ont été glacées par les baisers du temps, mais tes douleurs ont survécu au temps qu'elles ont étouffé sur leur sein.

Et vous qui avez parfilé la soie de ma vie, ô femmes ! s'il y a dans mon roman d'amour quelqu'un de trompeur, ce n'est pas moi, quelqu'un de trompé, ce n'est pas vous !

O printemps ! petit oiseau de passage, notre hôte d'une saison qui chante mélancoliquement dans le coeur du poète et dans la ramée du chêne !

Encore un printemps, -encore un rayon du soleil de mai au front du jeune poète, parmi le monde, au front du vieux chêne, parmi les bois !


Aloysius Bertrand, Gaspard de la Nuit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Holokun
Hiérophante
avatar

Nombre de messages : 2168
Age : 29
Date d'inscription : 01/09/2007

MessageSujet: Re: L'Ennemi   Sam 13 Oct - 18:53

Encore un sujet sans lendemain, c'est déprimant...

Je pense à ressortir les Fleurs du Mal de leur placard pour relancer la Croisade !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dagnor
Missionnaire
Missionnaire
avatar

Nombre de messages : 744
Date d'inscription : 01/06/2007

MessageSujet: Re: L'Ennemi   Dim 14 Oct - 19:37

Contrairement à ce que pourrait laisser penser le texte que j'ai choisi pour éveiller le sens de la réflexion chez le lecteur, cela n'a jamais mon but de déclencher "une joutte", au terme de laquelle vainqueur il doit y avoir...

Si je ne contre-attaque pas, c'est tout simplement parce que cela est inutile à mon sens.

Je trouve beau - et de circonstance qui plus est - ce poème de Baudelaire; mon but n'est pas non plus d'obliger quiconque à en parler. Juste à y réfléchir...

_________________

Dagnor

Hiérophante de l'Ordre de la Maison de Saint Werzul
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Holokun
Hiérophante
avatar

Nombre de messages : 2168
Age : 29
Date d'inscription : 01/09/2007

MessageSujet: Re: L'Ennemi   Dim 21 Oct - 1:50

Soit ! Pour en revenir à Beaudelaire, je vous confie celui que je préfère, parmi les Fleurs du Mal:

XXX - De profundis clamavi

J'implore ta pitié, Toi, l'unique que j'aime,
Du fond du gouffre obscur où mon coeur est tombé.
C'est un univers morne à l'horizon plombé,
Où nagent dans la nuit l'horreur et le blasphème;

Un soleil sans chaleur plane au-dessus six mois,
Et les six autres mois la nuit couvre la terre;
C'est un pays plus nu que la terre polaire
- Ni bêtes, ni ruisseaux, ni verdure, ni bois!

Or il n'est pas d'horreur au monde qui surpasse
La froide cruauté de ce soleil de glace
Et cette immense nuit semblable au vieux Chaos;

Je jalouse le sort des plus vils animaux
Qui peuvent se plonger dans un sommeil stupide,
Tant l'écheveau du temps lentement se dévide!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Archange de Vaal
Blasphémateur
avatar

Nombre de messages : 59
Localisation : Sur la Septième Cîme de l'Etoile Ardente
Date d'inscription : 03/08/2007

MessageSujet: Re: L'Ennemi   Dim 2 Déc - 22:44

Je tiens à préciser -au cas où il y aurait eu confusion- que mon but n'a jamais été d'initier une joute ou quoi que ce soit du même genre. Je cherchais à entamer une sorte de conversation par poète interposé (qui de mieux pour s'exprimer, à part soi-même, qu'un génie incontesté de la langue ?), sur un thème précis. Le thème, ou plutôt les thèmes de départ étant ceux du poème cité par Dagnor. Vous aurez en effet remarqué que l'Aloysius Bertrand que je lui ai répondu portait lui aussi sur la nostalgie du temps passé et l'écoulement irrémédiable de celui-ci. J'entretenais l'illusoire espérance de pouvoir être compris sans autre remarque. Peu importe que le mouvement n'ait pas été suivi.

Je cite de mémoire:

l'Irrémédiable

Une Idée, une Forme, un Être
Parti de l'azur et tombé
Dans un Styx bourbeux et plombé
Où nul oeil du Ciel ne pénètre

Un Ange, imprudent voyageur
Qu'a tenté l'amour du difforme
Au fond d'un cauchemar énorme
Se débattant comme un nageur

Et luttant, angoisses funèbres !
Contre un gigantesque remous
Qui va chantant comme les fous
Et pirouettant dans les ténèbres.

Un malheureux ensorcelé
Dans ses tâtonnements futiles
Pour fuir d'un lieu plein de reptiles
Cherchant la lumière et la clé

Un damné descendant sans lampe
Au bord d'un gouffre dont l'odeur
Trahit l'humide profondeur
D'éternels escaliers sans rampe

Où veillent des monstres visqueux
Dont les larges yeux de phosphore
Font une nuit plus noire encore
Et ne rendent visibles qu'eux.

Un navire pris dans le pôle
Comme en un piège de cristal
Cherchant par quel détroit fatal
Il est tombé dans cette geôle


Emblèmes nets, tableaux parfaits
D'une fortune irrémédiable
Qui donne à penser que le diable
Fait toujours bien tout ce qu'il fait.


*******

Tête à tête sombre et limpide
Qu'un coeur devenu son miroir
Puit de Vérité, clair et noir
Ou tremble une étoile livide

Un phare ironique, infernal
Flambeau des grâces sataniques
Soulagement et gloire unique
La conscience dans le mal !



Mettons qu'il s'agit là d'une nouvelle proposition de thème.

P.S: Je me devais de préciser qu'il s'agissait de Baudelaire, mais je n'ai pas l'intention de me réduire à un seul poète.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'Ennemi   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'Ennemi
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quel ennemi des Légendaires préférez-vous ?
» L'autre grand ennemi de Ripley
» [Autres] cOsmétique de l'ennemi
» COSMETIQUE DE L'ENNEMI d'Amélie Nothomb
» Connais ton ennemi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ordo Domus Sancti Werzuli :: Salon des incrédules :: Méditatorium-
Sauter vers: